Relations avec les professionnels  

  Prélèvement des huîtres sauvages par les professionnels à la Bernerie en retz;
L'inquiétude des pêcheurs de Loisir!

Février 2010 : Depuis quelques mois maintenant, nous sommes régulièrement alertés par des pêcheurs de loisir sur les prélèvements d’huîtres effectués par les professionnels sur les gisements naturels de la Bernerie en retz.
Nous avons eu connaissance d’autorisations spéciales et nominatives accordées aux professionnels de la conchyliculture, afin de leur permettre de rétablir leur stock suite à la forte mortalité de naissains constatés l’année dernière.
Soucieux de l’activité de la conchyliculture, mais également de l’état de l’écosystème marin de la Bernerie en retz, nous sommes favorables à un prélèvement exceptionnel, limité et encadré des huîtres sauvages sur ces gisements.

 
Cependant, l’inquiétude grandissante des pêcheurs de loisir est motivée par :
-  d’une part, le nombre croissant de professionnels procédant à ces prélèvements lors de grandes marées.
- d’autre part par la technique employée au ramassage à l’aide de râteaux, serfouettes, ou autres outils de jardins destructeurs. De plus, nos adhérents ont constaté également la vente directe d’huîtres sauvages sur les étales de certains marchés locaux.
Un courrier a été envoyé en ce sens à la Direction Régionale des Affaires Maritimes en février dernier.
3 Avril 2010: Nous sommes conviés à une réunion qui se tiendra à Nantes le 9 avril prochain à la DRAM, en présence des représentants des professionnels et de la FNPPSF.
Cette réunion est organisée par la DRAM suite à la demande de la Section Régionale de la Conchyliculture des Pays de la Loire qui souhaite disposer du gisement naturel de la Bernerie pour l'ensemble des professionnels.
Nous sommes fermement disposés à montrer notre opposition totale face à cette demande qui serait de nature à compromettre la pêche de loisir à la Bernerie en retz.
La colère monte chez les pêcheurs de loisir:
Nous ne pouvons pas admettre un prélèvement massif des huîtres sauvages accordé à l'ensemble des ostréiculteurs qui conduirait à un véritable désastre écologique contraire à une démarche de développement durable souhaité par l'Etat.
Vendrdi 9 avril au matin: coéfficient 30 seulement, basse mer à 8h30, 2 tracteurs sur zone dès 7h30.
Ces derniers jours encore, Ils étaient 8 sur le site à ravager tous le secteur. certains stationnent leurs fourgons sur l'aire de mouillage et tirent derrière eux leur embarquation type annexe.  
Cela devient intolérable, quand on pense que les différentes études de la pêche de loisir démontrent un impact significatif sur l'estran, on croit marcher sur la tête!
Surtout, ne retournez pas les pierres, respectez l'environnement, ...et les tracteurs!
Nous serons sans doute amenés à nous mobilisé dans less prochains jours, face à cette invasion de professionnels, qui au titre de difficulultés économiques, ne respectent pas la biodiversité du milieu et prélèvent tout sur leur passage.
Réunion Publique du 24 Avril 2010
Le contexte :
Face à la crise que traversent les ostréiculteurs en raison de la forte mortalité des huîtres juvéniles dans les parcs et de l’absence de naissain, le Syndicat Régional Conchylicole demande aux Affaires Maritimes (aujourd’hui Direction Interrégional de la Mer) de pouvoir accéder au gisement naturel d’huîtres de la Bernerie-en-Retz pour tous les ostréiculteurs qui en feraient la demande. 
Ces huîtres naturelles ont une bien meilleure défense que leurs congénères des parcs et ont été ces dernières années considérées comme une espèce envahissante.
De fait cette ressource négligée par le passé et devenu aujourd’hui un enjeu économique de poids pour les ostréiculteurs.
l’Association des Pêcheurs à Pied de la Côte de Jade était jusque là, favorable à des prélèvements d’huîtres sauvages qui étaientnt traditionnellement pratiqués par les ostréiculteurs locaux et restaient occasionnels. l
En février dernier, l’Association a alerté la Direction Régionale des Affaires Maritimes du nombre croissant de professionnels procédant à des prélèvements massifs et dénoncé les techniques de pêche destructrices, non respectueuses du milieu naturel et de l’arrêté 51-2002 modifié : ramassage à l’aide d’outils de jardinage (fourche, râteaux…) alors que seul le couteau à détroquer est autorisé ; pêcheurs sans licences. 
 
D’une situation acceptable on est passé aujourd’hui à un pillage de la ressource.
Depuis 2001 la pêche à pied professionnelle est encadrée et réglementée.
La règlementation :
Pour les Pays de Loire, un nombre de permis par coquillage est fixé annuellement par le préfet et les licences sont ensuite attribuées par le Comité Local des Pêches du Croisic. 
Depuis 2008 ce sont 68 permis « huîtres » qui sont délivrés chaque année.
A ce jour sur ces 68 permis, 31 sont attribués aux Pêcheurs professionnels proprement dit et 37 aux ostréiculteurs.
Le constat :
En l’absence d’encadrement et de contrôles efficaces des licences accordées, la recrudescence des professionnels sur ce gisement menace aujourd’hui gravement la ressource en huître et tout l’écosystème avec une dégradation de l’estran par le roulage de nombreux tracteurs. 
 
Aucune évaluation du stock n’a été faite par un organisme indépendant (IFREMER) et il est aberrant de demander à la ressource de payer le poids de la crise ostréicole. Et ce d’autant plus que la demande s’inscrit dans un périmètre Natura 2000 (en terre et en mer) 
 
Nous ne pouvons rester sans bouger, face à un tel désastre qui sous prétexte de difficultés économiques que nous ne contestons pas, serait de nature à une disparition totale des huîtres sur les roches de la Bernerie fin juillet, mais également des autres coquillages présents comme les palourdes en particulier. 
La demande de la SRC intervient au moment où les huîtres vont être en pleine période de reproduction, les pêcheurs de loisir devront attendre 3 ou 4 ans avant de pouvoir prétendre à une pêche d’huîtres, à la condition toutefois que les ostréiculteurs ne reviennent pas d’ici là, ramasser le naissain. 
De son côté, le maire de la Bernerie s’inquiète également des retombées négatives qui pourraient être occasionnées par ces prélèvements, et dont l’activité de pêche de loisir est une des composantes de la fréquentation touristique de la commune. Le maire de la Bernerie s’étonne également de ne pas avoir été informé de ce projet et consulté.
Le débat :
La SRC a étayée sa demande en évaluant la ressource à partir des cartes marines du SHOM et estimée la surface concernée par le captage des huîtres à 136 hectares avec un potentiel de 5kg/m2 ce qui représenterait un stock de 6 834 tonnes. 
L’association conteste ce chiffre aux moyens de cartes locales beaucoup plus précises que celle du SHOM pour ne retenir que les zones réellement constituées de roches. 
La réunion publique organisée par l’Association des Pêcheurs à Pied de la Côte de Jade le 24 avril dernier, en présence du maire de la Bernerie en Retz a rassemblé de nombreuses personnes soucieuses de ces prélèvements massifs d’huîtres sauvages effectués par les professionnels.  
L’Association des Pêcheurs à Pied de la Côte de Jade a écrit dernièrement aux autorités afin de ne pas autoriser tout prélèvement supplémentaire d’huîtres sauvages sur le gisement de la Bernerie.
A voir également sur  du jeudi 29 avril, Le Courrier du pays de retz du vendredi 30 avril.

 
20 mai 2010: Parution de l'arrêté préfectoral
La demande  de la SRC aura donc été statuée favorablement le 20 mai dernier par arrêté préfectoral n°70/2010 qui permet à 37 ostréiculteurs de la Baie de Bourgneuf de procéder à des prélèvements d’huîtres sauvages sur le gisement naturel de la Bernerie en Retz, Un débarquement annoncé à la Bernerie en retz: durant 8 jours jusqu’à fin juillet, les ostréiculteurs de Loire Atlantique et Vendée, seront autorisées à prélever les huîtres sauvages à partir de leurs embarcations.
Ils ne peuvent prélever au maximum 400kg par marée et par ostréiculteur, dont le permis temporaire est délivré à une personne unique de l’entreprise.
Ce sont donc règlementairement 120 tonnes d’huîtres qui seront prélevées, auxquels il faut ajouter les prélèvements journaliers des détenteurs de licences sans quota.
Une bien belle récompense à ces ostréiculteurs ayant bénéficiés d’indemnités pour calamités agricoles suite à la mortalité de leurs juvéniles. 
Nous constatons que l’administration fait preuve de complaisance envers la profession, puisque, contrairement à l’arrêté 70/2010, certains bénéficiaires de ce permis temporaire ont été constatés en infraction par les agents de la DIRM, pour pêche illégale sans autorisation ces dernières semaines.
Nous prenons acte de l’absence de réaction des élus et des écologistes sur ce sujet, et nous informerons le public de ce désastre écologique validé par l’administration.
A voir également sur  et
6 Juin 2010 : Mais ou sont donc les agents de contrôle?
Les professionnels ont leurs permis temporaires, c'était l'objectif afin de leur permettre de prélever  quand ils veulent et comme ils veulent.
La preuve en cette fin d'après midi du 6 juin à 17h30: un bateau, 2 personnes, puis un peu plus loin, 6 personnes pour 2 tracteurs.
Qui a une licence sans quota? Qui a un permis temporaire à 20 mannes maxi?
Bon courage messieurs les agents des Affmars!
Monsieur le président de la section régionale de la Conchyliculture des Pays de Loire annonce pourtant un prélèvement de 3.03% dans son étude, mais il minimise encore les chiffres en indiquant 2% dans les journanux!
Cela explique sans doute que ces ostréiculteurs ont commencés leurs prélèvements au sud des grands rochers pour arriver maintenant sur Pieours.
A ce rythme là, il n'y aura plus d'huître sur le gisement naturel de la Bernerie à la fin du mois de juin.
Dimanche 13 juin 2010 : Après les contrôles de ces derniers jours, l'estran de la Bernerie a retrouvé une journée de samedi paisible commme beaucoup de pêcheurs de loisir souhaiteraient en revoir.
Pas de tracteurs sur le site, juste un professionnel pêcheur à pied,  dont les prélèvements modérés sont à souligner.
Mais ce dimanche matin, un tracteur composé de 5 personnes sont venus prélever en masse.
Nul doute que ces gens là avaient connaissance de l'absence de contrôle ce jour. A noter !
16 et 17 juin 2010: Un débarquement annoncé à la Bernerie en Retz
Selon l'arrêté 70-2010, et à la demande de la Section régionale de conchyliculture des Pays de Loire, 37 professionnels supplémentaires sont autorisés à prélever des huîtres sauvages sur le gisement naturel en bateau.
Mais la parution de l'arrêté ces dernières semaines permettant en particulier à des ostréiculteurs de vendée de venir prélever des huîtres à la Bernerie ne serait pas forcément du goût de certains professionnels locaux.
Ainsi, il a été constaté une recrudescence des prélèvements massifs cette semaine, 10 personnes mardi dernier, une quinzaine jeudi 10, les gardes jurés étaient également présents, et selon nos sources, des infractions ont été encore et toujours constatées.
Une situation désolante et inadmissible qui doit faire l'objet de sanctions suivies d'effet. 

Le secteur autorisé selon l'arrêté 70-2010
Le constat de ces deux journées:
11 tracteurs sur le site durant ces deux jours. Un grand nombre de pêcheurs, la présence des gardes jurés et des AFFMARS, l'estran complètement labouré et des pêcheurs de loisir désespérés.
Continuez messieurs, vous faites votre publicité!
29 et 30 juin: Les laboureurs de retour?
Conformément à l'arrêté 70-2010, les ostréiculteurs titulaires du permis temporaire reviendront rejoindre leurs collègues possédant une licence dérogatoire pour continuer à dévaster le gisement d'huître de la Bernerie en Retz le 29 et 30 juin prochain.
Toutefois l'on peut s'étonner que l'administration cautionne délibérément le non respect de l'arrêté 70-2010, en particulier l'accès à cette ressource naturelle par des tracteurs.
Après quelques recherches, il semble bien que la circulation des véhicules terrestres à moteur est interdite sur le rivage de la mer, les dunes, les plages au sens de la loi littoral du 3 janvier 1986.
L’article L321-9 du Code de l’Environnement précise en particulier « Sauf autorisation donnée par le préfet, après avis du maire, la circulation et le stationnement des véhicules terrestres à moteur autres que les véhicules de secours, de police et d'exploitation sont interdits, en dehors des chemins aménagés, sur le rivage de la mer et sur les dunes et plages appartenant au domaine public ou privé des personnes publiques lorsque ces lieux sont ouverts au public. » 
Ainsi, la circulation des tracteurs concernant les titulaires de licences ou de permis temporaires ne peuvent accéder à un gisement naturel, donc en dehors de leurs concessions, que sur arrêté préfectoral après avis du Maire.
Un courrier en ce sens sera envoyé au Préfet de Loire Atlantique.
Le plan de soutien de l'Etat aux ostréiculteurs
Bruno Le Maire, ministre de l'alimentation, de l'agriculture et de la pêche, a lancé les Assises de la conchyliculture, mardi 22 juin, à Paris. Cette journée ouvre un cycle de rendez-vous qui se poursuivront en septembre sur les quatre façades maritimes (Manche, Atlantique Nord et Sud, Méditerranée). La synthèse de ces travaux aura lieu à Paris le 11 octobre.
Dans le plan de soutien annoncé par le ministre, figure notamment "
Une instruction sera envoyée aux services déconcentrés de l'Etat, en toute transparence avec les comités des pêches, afin de permettre de d'encadrer l'accès des ostréiculteurs aux gisements naturels d'huîtres creuses pour le réensemencement des parcs (naissains et/ou juvéniles)"
Ainsi, il est parfaitement clair que la filière ostréicole bénéficie de la bénédiction de l'Etat dans le prélèvement massif d'huîtres sauvages sur les côtes françaises.
Il est fort probable que les instructions étaient d'ailleurs connues du Directeur Interrégional de la Mer lors de la réunion du 9 Avril dernier.
Pour autant, rien ne les autorise à détruire le milieu naturel, et nous poursuivrons nos actions visant à faire connaître au public ce désastre écologique validé par l'Etat.
Philippe BOËNNEC interpelle le gouvernement sur l'avenir et le développement de la conchyliculture
Suite au lancement des Assises de la conchyliculture le 22 juin dernier, Philippe BOËNNEC, député maire de Pornic a souligné l'importance des défis auxquels fait face la profession, qu'il s'agisse de la qualité de l'eau indispensable à leur travail ou au besoin d'espace sur le littoral...
Une note de la DPMA confirme la possibilité de prélèvement des seules huîtres juvéniles sur les gisements naturels.
Dans une Note de service du 6 juillet, la Direction des Pêches Maritimes et de l’Aquaculture précise les modalités selon lesquelles, les ostréiculteurs peuvent exploiter les gisements d'huîtres creuses, afin de disposer de naissains et de juvéniles destinés à l'élevage dans leurs concessions de cultures marines.
Ainsi, seules les huîtres juvéniles ou naissains peuvent être prélevés par les ostréiculteurs autorisés préalablement.
Les produits prélevés sont destinés exclusivement au réensemencement des parcs d'élevage des détenteurs d'une autorisation.
Il s'en suit que ces prélèvements ne peuvent donc faire l'objet de vente entre ostréiculteurs. Comment dès lors pouvons nous admettre que certains professionnels prélèvent des huîtres sur le gisement naturel de la Bernerie depuis 2 ans?
Par ailleurs, les quantités prélevées doivent faire l'objet d'une déclaration transmise à l'administration selon le modèle figurant en annexe de cette note.
Nous constatons que ces dispositions ne sont pas respectées sur le terrain, puisque ces ostréiculteurs ne prélèvent pas que le naissains ou les juvéniles, mais toutes les huîtres afin de les commercialiser sur les marchés locaux.
Nous constatons également la complaisance délibérée des agents de contrôle sur le non respect de ces dispositions.
Le prétexte de surmortalité des huîtres creuses serait d'ailleurs moins important cette année selon certains ostréiculteurs locaux, non titulaires d'autorisation de prélèvement, qui estiment une perte de 30%.
Suivi de la mortalité des huîtres en Baie de Bourgneuf
L'Observatoire des ressources conchylicoles de l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer suit en temps réel la mortalité des huîtres d'élevage.
Vous trouverez sur cette
page du site IFREMER les résultats en cours pour la Baie de Bourgneuf.
Concernant les juvéniles, le taux de mortalité est passsé de 1% à la fin mai à 54% au mois de juin .
Si les lots de 18 mois de captage n'ont subi qu'une mortalité de l'ordre de 4% dans l'ensemble des bassins français, à noter que le taux de mortalité des juvéniles de la Baie de Bourgneuf est inférieur aux taux des différents bassins de production: Arcachon 74%, Marennes Oléron 62%, Ile de Ré 61%, Golfe du Morbihan 58%.
Cette source officielle vient donc contredire certains ostréiculteurs qui annoncent à la télévision ou à la radio, jusqu'à 80% de perte.
Assises de la Conhyliculture : 50 propositions pour soutenir la filière
Bruno Le Maire, Ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche, a présidé le 11 octobre dernier, la clôture des Assises de la conchyliculture, lancées le 22 juin 2010.
La suite sur cette page.
Reconduction des permis temporaires à compter du 2 mars 2011
25 février 2011 : C'est reparti pour 4 mois, un arrêté préfectoral du 17 février dernier, attribut un contingent de 25 permis exceptionnels selon les conditions définies par l'arrêté 70-2010. Les ostréiculteurs défileront sur l'estran à nouveau 6 jours par mois, et à 400kg par entreprise, c'est encore 240 tonnes d'huîtres qui disparaitront du gisement naturel de la Bernerie en Retz..
Consultez les Arrêtés n°20-2011 et n°24-2011
Conforme aux engagements pris suite aux conclusions des Assises de la Conchyliculture, la profession bénéficie donc de l'accès aux gisements naturels d'huîtres sauvages pour regarnir exclusivement leurs parcs, suite à la mortalité constatée de leurs juvéniles (68% en baie de Bourgneuf, source Ifremer).
L'Arrêté n° 43-2010, concernant les 37 licences "huîtres" délivrées à titre dérogatoire aux ostréiculteurs jusqu'au 13 mars 2011, dans le cadre des contingents pêche à pied, est prolongé jusqu'au 30 avril 2011 par Arrêté n° 7-2011.
Celui ci fait référence notamment au décret 2001-426 modifié par décret 2010- 1653 du 28 décembre 2010, qui précise qu'un permis national pêche à pied professionnelle se substituera au permis pêche départemental.
Encore une reconduction des permis temporaires à compter du 8 août 2011
Jusqu'ou iront ils? Par Arrêté Préfectoral 37-2011 du 6 juillet dernier, une nouvelle reconduction des permis temporaires de prélèvement des huîtres sauvages du gisement naturel de la Bernerie en Retz est autorisée à  de 25 entreprises maximum.
Ils interviendront sur le site les 8, 9,10,16,17 et 18 Août, les 5,6,7,15,16,26 sepetembre,, les 3,4,5,24,25,26 octobre, les 7,8,9,23,24,25 novembre et 6,7,8,27,28 et 29 décembre de cette année.
Nous notons que le quota maximal par entreprise est fixé à 10 mannes, soit 200kg/jour/entreprise, et que la taille maximale de capture est fixée à 5cm.
Reconduction des permis temporaires en 2012
 - Suite à l'actualisation du gisement naturel d'huîtres par le Comité Régional des Pêches à la Bernerie, la DIRM , par Arrêté 16-2012 du 1er mars dernier, reconduit cette année encore les prélèvements dans le cadre de permis temporaires selon les conditions suivantes:
- Contingent de 25 permis - quota maximal par entreprise est fixé à 10 mannes, soit 200kg/jour/entreprise
- autorisation les 26, 27 et 28 mars - 5, 10, 11, 17, 18, 19 avril - 3, 4, 9, 23, 24, 25 mai - 6, 7, 8, 17, 18, 19 juin - 2, 3, 4, 16, 17, 18 juillet
6, 7, 8, 22, 23, 24 août
- taille maximale de capture fixée à 5cm

Par Arrêté 64-2012 en date du 12 septembre, une nouvelle reconduction des permis temporaires permet un prélèvement des huîtres du gisement naturel de la Bernerie en Retz, aux ostréiculteurs, selon les onditions suivantes: contingent de 25 permis - quota maximal de 100kg/jour/entreprise
- Autorisations le 27 et 28 septembre - 3,4,19 et 29 octobre - 2,19, 27, 28 et 29 novembre - 3, 12 et 13 décembre 2012
- taille maximale de capture fixée à 5cm
Téléchargez l'Arrêté 64-2012
 

Association des Pêcheurs à Pied de la Côte de Jade

appcj.wifeo.com

 

 AnoduPêcheur : annuaire de sites Web sur la pêche et le monde halieutique en général          

Accueil     Actualités       FNPPSF     Reglementation     Bonnes pratiques   NATURA 2000    Reportage     Liens   Forum